Comptes rendus des expositions

Reportages illustrés sur les dernières expositions

23 ans après, la Ville de Dijon nous a permis de refaire une exposition dans le cadre superbe du Cellier de Clairvaux. Le service municipal a été très coopératif et efficace. Le Rotary Club Ducs de Bourgogne nous a bien aidés.  L’équipe, bien que pas très nombreuse mais bien dirigée par Joëlle de Buchy, Catherine Bricogne et Régis de Padirac, a fait du bon travail. L’exposition s’est déroulée dans une ambiance très conviviale.

Grâce à des amis chers de Cholet, nous avions eu des contacts pour Bordeaux. Ensuite ça été une longue démarche avec la Mairie et les responsables d’exposition pour arriver jusqu’à la réalisation de cette exposition. Nous avons réuni trois personnes venues de trois sources différentes. Elles ont ensemble mobilisé une équipe d’une soixantaine de personnes. Ces trois amies remarquables, Alix de Bazelaire, Marie-Christine Delannoy et Aude Haushaltère se sont partagées la responsabilité et ont réalisé une belle exposition !

Une exposition à Nancy prend toujours une place importante pour nous. En effet, c’est dans cette ville qu’est née la « régionalisation » en 1975, Michel et Chantal Simonin, avec quelques amis autour d’eux avaient constitué une équipe régionale pour réaliser des expositions pendant deux années dans l’Est. En 1991, ils avaient même recommencé l’aventure pour une année ! Et l’avant dernière exposition a eu lieu en 2005 sous la responsabilité de Jacques et Annie Clavier.

À Évian c’est dans une délicieuse salle du « Château de Fontbonne », en plein centre ville tout près de l’embarcadère du Léman, que s’est tenue une belle exposition Indra de 9 jours, du 22 au 30 juin.
Organisée par des Évianais autour de Madeleine et Patrick Cuinet, des amis de Thonon accompagnés de François Vittoz, avec la présence de Pierre et Marie-France Lemaitre et bien sûr de François Casimir.

Fin avril, une exposition était programmée à Compiègne. Le maire, Monsieur Marini, sollicité par une de nos amies, Florence Piquereau, avait mis à notre disposition une salle superbe. Mais les seules dates possibles tombaient durant les congés scolaires de la zone. Nous pouvions craindre que bien des acheteurs soient en vacances et, donc, absents. Florence décidait néanmoins de se lancer, épaulée par Philippe Déan et Pierre Angotti. Mais tous trois ne connaissaient notre action que depuis peu. Il leur fallait constituer une équipe locale. Elle se créa progressivement, au long des réunions de préparation et de communication, chacun, tels Marie-Cécile, ayant à cœur d’amener ses amis. Et quelques parisiens programmèrent de venir aider.

Le 23 avril c’était l’installation. François Casimir et Jef apportaient le matériel et nous nous retrouvions à une vingtaine sur place.